Être à l’écoute du bébé, c’est l’accompagner

Être à l’écoute du bébé, c’est l’accompagner

Une écoute active signifie être empathique avec ses enfants qu’ils sachent parler ou non. En d’autres termes, c’est la compréhension des gestes ou des paroles des bébés dans toutes les circonstances. Cependant, la manière d’écouter un enfant varie selon son âge et commence dès la naissance.

univers-bebe.info2

Écouter un enfant avant le langage articulé

Etre à l’écoute de son bébé est praticable même chez les nouveau-nés. Il ne sait pas encore parler, mais il peut exprimer ses sentiments et attend votre retour. Il exprime sa requête à l’aide des pleurs qui ont à chaque fois un sens. Votre tâche en tant que mère est d’essayer d’interpréter et de comprendre ces cris pour pouvoir lui satisfaire. Il n’y a pas de magie, mais les parents apprennent au fur et à mesure à calmer leur bout de chou. La plupart du temps, les câlins sont très efficaces pour apaiser le bébé. Ensuite, baissez la luminosité et chantez une berceuse. N’oubliez pas de respecter les heures de biberons ou tétées et vérifiez régulièrement sa couche, car beaucoup de bébés détestent qu’ils ne soient malpropres.

Écouter, c’est aussi aider le bébé

Bien avant que bébé parle, il exprime ses besoins et souhaite que maman puisse comprendre ce qu’il veut. Dans le cas général, un bébé pleure parce qu’il rencontre un souci et demande de l’aide en poussant des cris. Sachez que votre présence et votre envie d’aider est sentie par le petit. Il est donc très important d’écouter activement l’enfant et d’adopter certaines manières afin de résoudre son problème. Il faut rester empathique et accepter les sentiments de l’enfant. Essayez de vous mettre à sa place, dans une même situation.

Comment comprendre les messages des bébés ?

Depuis la naissance jusqu’à l’âge de 3 ans, les bébés ont une difficulté de parler clairement et communique avec son entourage par des messages non verbaux. Pour établir la communication, les parents doivent toujours tenter de mettre l’enfant à l’aise et d’éviter qu’il soit dans l’ennui. Par exemple, prenez le bébé dans vos bras et bercez-le. S’il est déjà en colère, cherchez la cause de son mal-être. C’est-à-dire, voir s’il a soif, faim, chaud, froid, savoir s’il est fatigué, s’il veut être changé ou s’il veut être rassuré. Lorsque bébé arrête de pleurer, le parent peut se réjouir qu’il a réussi à comprendre le message et doit associer l’action du petit à cette réponse.

Les points positifs d’une écoute active

Une écoute active accorde à l’enfant une certaine liberté de s’exprimer. Il peut facilement avouer ce qu’il ressent dans l’espoir qu’un adulte puisse le comprendre et le soulager. Comme tout le monde, les bébés ont le droit d’être en colère, fatigués et fâchés. Écouter un enfant permet d’avoir une relation enfant-parent très étroite et une confiance absolue. Cette complicité renforce le lien entre les enfants et les parents. Lorsqu’un bébé est écouté, il fera de même avec les autres personnes. Cette pratique l’apprend aussi à respecter et à considérer les autres.

Commentaires fermés sur Être à l’écoute du bébé, c’est l’accompagner

Comments are closed.

Leave a comment