Jouets pour enfants : la limite en terme de volume d’achat

Jouets pour enfants : la limite en terme de volume d’achat

Bien avant la naissance d’un enfant, les familles ont tendance à vouloir dévaliser les magasins de jouets. L’offre d’objets est tellement pléthorique de nos jours qu’il est très difficile de faire ses choix. Mais on peut se poser la question de savoir quels jouets vont vraiment être utilisés par les enfants qui n’ont pas du tout les mêmes critères que les adultes. Dès la naissance, ou plutôt dès qu’il voit, l’enfant joue tout naturellement. Ses doigts et ses mains seront ses premiers jouets. Puis il saisira tout ce qui lui tombe sous la main, aussi bien le nez ou les cheveux de sa maman qu’un jouet qu’on aura placé près de lui. Au fur et à mesure il explorera le monde qui l’entoure à sa façon sans que quiconque puisse préjuger sur quel objet ou sur quel jouet il jettera son dévolu.

Comment organiser l’espace de jeu de nos enfants ?

On remarque couramment que les enfants qui disposent de beaucoup de jouets, ne font que les étaler mais ne jouent pas vraiment. C’est une corvée quotidienne pour les parents lorsque vient l’heure du rangement. Bien sûr les proches se procurent eux-mêmes du plaisir à voir la joie des petits lorsqu’on leur fait un cadeau. Mais à la longue, l’accumulation de jouets devient contreproductive.

Le meilleur moyen d’éviter ce phénomène de surabondance, peut être d’organiser une rotation des jouets. Lorsqu’on soustrait des jouets à la vue de l’enfant, il sera très content de les retrouver à un autre moment et on fait ainsi d’une pierre deux coups en diminuant l’encombrement inutile de la chambre.

Partager les jeux de nos enfants

Chaque parent rêve d’un enfant qui jouerait tout seul dans sa chambre pendant qu’il est pris par les occupations nombreuses et variées du quotidien d’une famille. Mais ce n’est qu’un rêve parce qu’il ne correspond pas aux envies de l’enfant. Pour lui, jouer avec l’un de ses proches est la panacée universelle et ceci quel que soit le jeu ou le jouet. Il est donc tout à fait illusoire de pourvoir une chambre d’enfant d’une montagne de jouets si l’on ne peut prendre ce temps de partage dont il a tant besoin. Pour en être convaincus, cette maman a testé pour vous le fait de faire le vide dans la chambre de son enfant pour n’y laisser qu’un seul objet, Sophie la Girafe par exemple.

Elle s’est assise au centre de la pièce et a observé son enfant qui s’est mis à inventer des histoires, des postures et s’est créé tout un monde onirique autour de ce petit jouet qui était noyé auparavant dans une masse d’autres jouets. Dès qu’elle a quitté la chambre, l’enfant s’est arrêté de jouer.

L’enfant joue pour se construire

Lorsqu’on observe attentivement un enfant qui joue, on peut se rendre compte que le côté ludique, s’il est bien présent et nécessaire, n’est qu’un aspect de son action. S’il jette inlassablement les objets de sa chaise haute, au grand dam de ses proches, il ne cherche pas à les énerver mais étudie en fait les lois de la physique.

Pour comprendre les tailles et les volumes des objets qui l’entourent, il empile, essaye d’insérer les objets les uns dans les autres. Les adultes ont souvent du mal à cerner les tenants et les aboutissants de ces manœuvres qui n’ont pas l’air d’avoir du sens mais qui en ont plus qu’on ne peut imaginer. Si la première année d’une vie comporte des progrès si fulgurants c’est grâce à l’ensemble de ces expériences que l’enfant fait toute la journée alors qu’on pense généralement qu’il joue tout simplement.

Commentaires fermés sur Jouets pour enfants : la limite en terme de volume d’achat

Comments are closed.

Leave a comment